• ACCUEIL

    REGARD SUR LA COMPLEXITÉ DE L'UNIVERS ALPIN

    La Méditerranée et les Alpes ; deux mondes antagonistes et indissociables

    Nous vivons dans les Alpes-Maritimes, territoire situé au confluent de deux cultures, française et italienne, et où coexistent également deux modes de vie ; le premier purement citadin, exubérant, voire parfois frénétique, celui du bord de mer, l'autre, beaucoup plus paisible et dépouillé, car la nature y domine, celui de la montagne. Cette diversité et ces contrastes ont entretenu de tout temps notre fascination pour, d'une part la civilisation méditerranéenne, d'autre part l'univers de la montagne et plus précisément celui des Alpes.

    Mais peut-on parler de deux mondes si dissemblables ?

    Fernand Braudel dans « La Méditerranée à l'époque de Philippe II » ne dit-il pas : « Ainsi la Méditerranée, ce ne sont pas seulement les paysages de vigne et d'olivier et les villages urbanisés, ces franges ; mais aussi tout proche, collé à elle, ce haut pays épais, ce monde perché, hérissé de remparts, avec ses rares maisons et ses hameaux, ses "nords" à la verticale » selon l'expression de W. Strzygowski. Claude Raffestin évoque une "Méditerranée pétrifiée".

    À l'origine, c'est le désir de fuir le rythme tumultueux du bord de mer qui nous a conduits vers les hauteurs, mais rapidement le monde alpin est devenu un pôle d'attraction à part entière.
    Nous avons peu à peu dépassé les limites de nos Alpes du Sud inhabitées et arides, nous orientant vers des latitudes plus septentrionales. Nous avons découvert des territoires plus peuplés et une nature plus verte au climat rigoureux, imposant à l'Homme un devoir de respect. Effectivement, si nous ne pouvons que déplorer la dégradation irréversible de certains lieux, victimes des excès du tourisme de masse dans un milieu fragile, il nous arrive de nous émerveiller devant le spectacle de paysages témoignant d'une harmonie homme-nature possible.

    Les Dolomites et leur territoire ; un espace singulier

    C'est certainement la découverte de cette région des Alpes qui a généré notre projet d'exploration du monde alpin.
    En effet, subjugués par l'esthétique des parois, quintessence d'un idéal alpinistique en matière de verticalité, texture et couleur de pierre, nous nous sommes rapidement aperçus que l'espace dolomitique ne se résumait pas seulement à de « belles » montagnes.

    Au-delà de l'aspect physique extraordinaire des massifs, le croisement de cultures profondément ancrées caractérise ce territoire alpin ; une identité centrale ladine, zone de transition culturelle entre les mondes latin de la Vénétie et germanique du Tyrol. Certes, les Dolomites constituent un haut lieu touristique, mais ne paraissent pas irrémédiablement altérées tandis que la population locale semble y avoir trouvé sa place.

    Les Alpes ; entre modernisme et tradition, un mode de vie pour le futur ?

    Les Dolomites et leur région (Trentin-Haut-Adige-Vénétie), port d'attache de notre univers alpin, nous ont également ouverts à d'autres horizons alpestres, pour la partie orientale, les Grisons, le Tyrol, le Salzkammergut, le Steiermark, le Frioul et la slave Carniole autres régions de transition culturelle, et en ce qui concerne la partie occidentale, au sens large, dans l'Oisans, le Trièves, le Beaufortain, l'Oberland, le Tessin, et la particularité des communautés Walser du Valais, du Verbano et du Val d'Aoste où nous avons pu constater des caractéristiques similaires de réussite d'intégration de "l'homo-alpinus" à son milieu naturel.

    L'objectif de ce site consiste donc, au travers de nos propres observations, mais aussi de celles de scientifiques, de réunir, même si nous n'avons pas la prétention d'être exhaustifs, un ensemble de connaissances concernant des Alpes. Nous nous efforcerons de les étudier sous leurs multiples facettes afin de révéler leur complexité. Les Alpes à leur niveau représentent une sorte de miroir du monde, un microcosme à l’échelle planétaire, où l’Homme pour subsister a su s’adapter à un environnement problématique parfois très rude y puisant en contrepartie un potentiel économique non négligeable. L’industrie et le tourisme venus compléter une agriculture ancestrale expliquent en partie l’actuel dynamisme économique et démographique des Alpes, mais les dangers d’une surexploitation menacent cet écosystème fragile. Toutefois, l’expérience de certains modes de vie alpins respectueux d’un l’équilibre entre l’être humain et le milieu naturel, semble apporter des éléments de réponses aux éternelles et fondamentales questions :

    Quel développement pour les Alpes ? Quel développement pour le monde ?

  • ALPES

    SOMMAIRE

     

    1-L'identité alpine

    1.1 Vue d'ensemble

    1.2 Définitions

    1.3 Étymologie

     

    2-Le milieu naturel alpestre & les facteurs environnementaux

    2.1 Limites et dimensions de l'espace alpin

    2.2 Divisions des Alpes

    2.3 Géologie

    2.4 Géomorphologie

    2.5 Roches et minéraux

    2.6 Climat

    2.7 Glaciers

    2.8 Cours d'eau

    2.9 Catastrophes naturelles

    2.10 Sols et couverture végétale

    2.11 Flore alpine

    2.12 Faune alpine

    2.13 Espaces protégés

     

    3-Histoire

    3.1 Préhistoire

    3.2 Antiquité

    3.3 Haut Moyen Âge

    3.4 Moyen Âge

    3.5 Renaissance

    3.6 XVIème et XVIIIème siècles

    3.7 XIXème siècle

    3.8 XXème et XXIème siècles

     

    4-Diversité & homogéneité territoriales

    4.1 Cartographie

    4.2 Géopolitique

    4.3 Guerres

    4.4 Politiques de développement durable

    4.5 Frontières

    4.6 Villes et urbanisation

    4.7 Population et démographie

    4.8 Alpes allemandes

    4.9 Alpes autrichiennes

    4.10 Alpes françaises

    4.11 Alpes italiennes

    4.12 Alpes slovènes

    4.13 Alpes suisses

    4.14 Convention alpine

     

    5-Facteurs culturels & traditionnels

    5.1 Sociétés paysannes

    5.2 Langues et dialectes

    5.3 Religions

    5.4 Légendes

    5.5 Habitat

    5.6 Musées

    5.7 Gastronomie

     

    6-Art & héritage

    6.1 Littérature

    6.2 Photographie

    6.3 Cinéma

    6.4 Arts plastiques

    6.5 Patrimoine

     

    7-Activités & infrastructures

    7.1 Industrie

    7.2 Agriculture

    7.3 Artisanat

    7.4 Transhumance

    7.5 Foires et marchés

    7.6 Hydroélectricité

    7.7 Réseau routier

    7.8 Chemins de fer

    7.9 Transport et trafic

     

    8-Sport & temps libre

    8.1 Tourisme

    8.2 Alpinisme

    8.3 Randonnée

    8.4 Sports d'hiver

    8.5 Spéléologie

    8.6 Guides

    8.7 Refuges

    8.8 Clubs alpins

    8.9 Thermalisme

     

    9-Perspectives

    9.1 Mutations

    9.2 Quel devenir ?

     

    10-Et encore...

    10.1 Dictionnaire - Dictionnaire amoureux

    10.2 Correspondance des termes géographiques

    10.3 Liens externes

    10.4 Bibliographie globale

    10.5 Météo des Alpes

    10.6 Cartographie
            IGN - OSM - Map Compare OSM - Google
            Maps-for-free - Maptoolkit - Bing Maps - Yahoo

  • CORRÉLATS

  • GALERIE

  • BLOG

  • LIENS

    Liens

    Persee est un programme de publication électronique de revues scientifiques en sciences humaines et sociales.


    La Convention alpine est un traité international entre les huit États alpins (Allemagne, Autriche, France, Italie, Liechtenstein, Monaco, Slovénie et Suisse) ainsi que l'Union européenne, dont l'objectif est la promotion du développement durable dans la région alpine et la protection des intérêts de ses habitants. Ce traité recouvre les dimensions environnementales, sociales, économiques et culturelles de ces enjeux. 

    Association européenne pour les zones de montagne Euromontana est l'association européenne multi-sectorielle pour la coopération et le développement des zones de montagne. Sa mission est de promouvoir des montagnes vivantes en oeuvrant pour le développement global et durable et l'amélioration de la qualité de vie.

    L'Institut de la Montagne valorise toutes formes d'initiatives qui permettent de mettre en lien divers acteurs de la montagne pour contribuer au débat public sur la montagne et faciliter l'accès à l'information.

    Le pôle d'observation des territoires de montagne, au sein de l'Observatoire des territoires, a pour objectif d'être à la fois un outil de connaissance de ces espaces, et un outil de suivi des politiques publiques territoriales les concernant, prenant en compte les textes législatifs fondateurs, intégrant les impératifs du développement durable et répondant aux attentes des institutions dont ils se sont dotés (comités de massif, Conseil national de la montagne).

    L'"International Scientific Committee on Research in the Alps" encourage la coopération internationale dans le domaine de la recherche alpine. En 2000, ISCAR a été reconnue par la Conférence alpine en tant qu'observateur officiel de la Convention alpine. Dans cette fonction, ISCAR promeut la recherche et l' expertise scientifique dans les instances officielles de la Convention Alpine, à partir de laquelle il prend ses besoins de recherche.

    Du Cemagref à Irstea Institut national de recherche en sciences et technologies pour l'environnement et l'agriculture. Irstea est un organisme de recherche qui, depuis plus de 30 ans, travaille sur les enjeux majeurs d'une agriculture responsable et de l'aménagement durable des territoires, la gestion de l'eau et les risques associés, sécheresse, crues, inondations, l'étude des écosystèmes complexes et de la biodiversité dans leurs interrelations avec les activités humaines.

    Club Arc Alpin regroupe les Clubs alpins d'Allemagne, de France, d'Italie, du Liechtenstein, d'Autriche, de Suisse, de Slovénie et du Tyrol du Sud.

    ALPARC - le Réseau Alpin des Espaces Protégés - promeut, depuis 1995, les échanges de savoir-faire, expériences, techniques et méthodes entre les gestionnaires d’espaces protégés alpins. Il a également pour but de mener des projets de coopération entre les gestionnaires visant une protection cohérente et un développement soutenable des Alpes dans l’esprit de la Convention alpine (application du protocole « Protection de la nature et entretien des paysages ».

    Le réseau « Alliance dans les Alpes » réunit environ 300 communes réparties sur 7 États alpins. Ses membres s’investissent avec leurs administrés pour faire de l’arc alpin un espace de vie porteur d’avenir. Pour eux, la Convention alpine constitue une base de travail et une ligne directrice vers un développement soutenable des Alpes. Soucieux de ne pas réinventer la roue à chaque nouveau projet, le Réseau de communes offre à ses membres la possibilité d’échanger expérience et information par delà les barrières linguistiques et culturelles. "Echanger - s'engager - réaliser" est le fil directeur du Réseau.

    La CIPRA, Commission Internationale pour la Protection des Alpes est une organisation faîtière non gouvernementale avec des représentations nationales et une représentation régionale dans les sept pays alpins. Elle regroupe plus de cent associations et organisations. La CIPRA œuvre pour un développement durable dans les Alpes, comprenant la préservation du patrimoine culturel et naturel, de la diversité régionale, ainsi que la proposition de solutions transnationales répondant aux problèmes rencontrés dans l'espace alpin.

    La « Ville des Alpes de l’Année » est désignée, depuis 1997, parmi les villes qui, dans l’esprit de la Convention Alpine s’engagent dans une démarche économique, environnementale et sociale durable. Les « Villes des Alpes de l’Année » sont réunies au sein d’une association. Ce réseau est actuellement formé d’une dizaine de villes de tous les pays alpins.

    L’ArgeAlp est une communauté de travail transfrontalière qui regroupe 10 régions de l’espace alpin. Ses objectifs sont les suivants : - Porter les intérêts spécifiquement alpins auprès des gouvernement nationaux et des institutions européennes - Avoir une fonction passerelle pour dépasser les frontières internes à l’espace alpin et renforcer la compréhension réciproque entre les espaces internes et externes aux Alpes

    L’IUCN, International Union for Conservation of Nature - UICN, l’Union internationale pour la conservation de la nature est le plus ancien et le plus vaste réseau environnemental du monde. L’UICN est une union démocratique de plus de 1 000 membres, gouvernements et ONG, et de quelque 10.000 scientifiques bénévoles répartis dans plus de 150 pays. L’UICN, aide le monde à trouver des solutions à nos défis les plus urgents en matière d’environnement et de développement, en soutenant la recherche scientifique, en gérant des projets partout dans le monde, et en réunissant des gouvernements, des ONG, les Nations unies, les conventions et les sociétés internationales afin de développer ensemble des politiques, des lois et de bonnes pratiques.

    Une définition concise des différentes catégories d'espaces protégés de l'Union internationale pour la conservation de la nature UICN et de la Commission mondiale des aires protégées de la CMAP. (en français et en anglais)

    Le Programme Espace Alpin est un programme de coopération transnationale européen pour les Alpes. Il est cofinancé par le Fonds de Développement Régional Européen. Des partenaires issus des sept pays alpins travaillent ensemble, afin de promouvoir le développement régional de façon durable. Entre 2007 et 2013, le programme a investi 130 millions d’euro dans plus de 50 projets à fort impact dans les six domaines suivants : le changement climatique ; la compétitivité et l’innovation des PME ; la croissance intelligente ; l’économie à faible émission de carbone et l’efficacité énergétique ; L’utilisation efficace des ressources et le management de l’écosystème ; et la mobilité et le transport durable. Le programme continue pour la période 2014 – 2020 et les projets financés en priorité seront axés sur ces quatre thèmes : Espace Alpin innovant ; Espace Alpin à faible émission de carbone ; Espace Alpin vivable et Espace Alpin bien géré.

    Le projet ECONNECT vise à accroître la connectivité écologique dans les Alpes. Ce projet vise à impliquer certaines organisations internationales (« organisations parapluie ») liées à la Convention Alpine, des instituts scientifiques et des partenaires locaux pour mettre en œuvre le développement. Toutes ces organisations ont uni leurs forces, non seulement pour démontrer la nécessité de la connectivité dans la région alpine, mais aussi pour explorer les meilleures hypothèses afin d’assurer une action coordonnée et garantir le développement de systèmes innovants destinés à favoriser la connectivité écologique.

    Avec son « Programme Alpes » le WWF entend préserver la diversité biologique dans l’espace alpin. L’une des actions lancées dans le cadre du Programme Alpes a consisté dans l’établissement d’une carte des « Régions prioritaires pour la biodiversité des Alpes ». Le WWF, l’ALPARC, la CIPRA et l’ISCAR ont déterminé ensemble les secteurs à protéger en raison de leur exceptionnelle diversité biologique. En juillet 2007, les quatre partenaires ont lancé un projet pour la création d’un réseau écologique dans l’espace alpin ; le projet doit apporter un soutien à la mise en lien de ces territoires et ainsi contribuer à la préservation de la diversité biologique. EALP The Alpine gemstones - Joyaux alpins

    La Via Alpina un réseau de 5 itinéraires de randonnée pédestre à travers les huit pays de l’arc alpin, plus de 5000 km et 342 étapes journalières. Retrouvez ici le descriptif officiel de toutes les étapes, un éventail d’offres touristiques et patrimoniales, les expériences vécues de nombreux randonneurs et diverses autres informations pour préparer en ligne votre voyage dans les Alpes !

    Ecological Networks in the European Alps

    Le projet HABITALP s'intéresse à la variété des habitats alpins. L'objectif est de suivre, au moyen de photographies aériennes infrarouges couleur (IRC) et dans une façon standardisée, les transformations qui s'y produisent sur le long terme. Une importance particulière est consacrée à la détection et à la surveillance à long terme (monitoring) des sites NATURA 2000, plus spécialement des habitats cités en annexe I de la Directive Habitat, qui sont identifiables par des photos aériennes.

    UNESCO - Le Programme MAB Le Programme sur l’Homme et la biosphère (MAB) est un programme scientifique intergouvernemental visant à établir une base scientifique pour améliorer les relations homme-nature au niveau mondial. Lancé au début des années 70, le MAB propose un agenda de recherche interdisciplinaire, encourage le renforcement des capacités et a pour principaux objectifs de réduire la perte de biodiversité et d’en traiter les aspects écologiques, sociaux et économiques

    NATURA 2000 Natura 2000 est un réseau communautaire de zones de protection de la nature créé en vertu de la directive «Habitats» de 1992. Ce réseau inclut également des zones désignées en vertu de la directive «Oiseaux» de 1979 et vise à assurer la survie à long terme des espèces et des habitats les plus précieux et les plus menacés en Europe.

    Réseau Emeraude de Zones d’Intérêt Spécial pour la Conservation Le Réseau Emeraude est un réseau écologique composé de zones d’intérêt spécial pour la conservation. Sa mise en œuvre a été lancée par le Conseil de l’Europe dans le cadre des travaux de la Convention de Berne, avec l'adoption de la Recommandation No.16 (1989) du Comité permanent de la Convention de Berne.